TEMPERATURE CORPORELLE ET NOMOGRAMME DE HENSSGE

Température corporelle

 

Au cours d'une enquête criminelle, il est indispensable pour les enquêteurs de déterminer l'heure à laquelle a été commis le crime, car cette donnée leur permettra de réduire la liste des suspects. C'est au médecin légiste qu'appartient cette tache, et il essayera de l'accomplir le plus vite possible afin d'obtenir la mesure la plus précise. Pour cela, il existe plusieurs méthodes, utilisées dans le cas d'une morte récente: l'une d'elles consiste à mesurer la température du corps.

  Après le décès, la température du corps de la victime se refroidit, pour se rapprocher, au fur et à mesure, de la température ambiante du milieu environnant. On dénombre trois phases au cours de ce refroidissement:

  -Une phase dite de plateau thermique initial (durée de 0,5 à 3 heures, avec d’importantes variations interindividuelles) : pendant cette période la température du cadavre décroît très peu.

-Une phase intermédiaire de décroissance rapide : c'est durant cette phase que la méthode thermométrique est la plus pertinente.

-Une phase terminale de décroissance lente où la température du corps finit par rejoindre, petit à petit celle du milieu ambiant. À partir de cette phase, la méthode thermométrique n'est plus utilisable.

Nomogramme de Henssge

 
Le docteur Clauss Henssge, professeur de médecine légale à l'université de Essen en Allemagne, à chercher à modéliser cette décroissance de la température d'un cadavre en fonction du temps et a obtenu une fonction bi exponentielle. L'utilisation de cette fonction est beaucoup trop compliqué car il faut disposer d'une calculatrice scientifique approprié en permanence. Henssge a donc créé un système d'abaque permettant de déterminer, en fonction de la température du corps, de la température ambiante et de la masse de l'individu, le temps probable de la mort. C'est le nomogramme de Henssge.

nomogramme-de-henssge-2.png

Cependant, la modélisation ci-dessus ne prend pas compte de facteurs modificateurs qui peuvent entrer en jeu, comme la présence de vêtement, de vent, d'immersion de la victime ..etc. Ces éléments modificateurs peuvent accélérer ou ralentir le refroidissement du corps. Il est donc souvent nécessaire de faire intervenir des « facteurs correctifs » (notés "Cf"). L ‘estimation mesurée grâce au nomogramme de Henssge doit alors être multipliée par le Cf approprié. Si le Cf est inférieur à 1, cela signifie que le corps se refroidira plus vite. Si par contre il s’agit d’un Cf supérieur à 1, alors le corps se refroidira plus lentement. Voici quelques exemples d’éléments modificateurs du refroidissement d’un corps:

*Corps habillé chaudement (plus de 4 couches de vêtements), air calme : Cf = 1,4

*Corps nu, air en mouvement : Cf = 0,75 *Corps peu habillé et vêtements humides, air calme : Cf = 0,8

*Corps nu dans l'eau stagnante : Cf = 0,5

*Corps nu dans l'eau courante : Cf = 0,35 

*Corps habillé modérément, air en mouvement : Cf = 1,2

 

Comment utiliser le nomogramme de Henssge ?

 
On détermine approximativement l’heure de la mort d’une victime grâce au nomogramme en traçant plusieurs traits:

1) Il s'agit tout d'abord de relier la température du corps (axe de gauche), préalablement mesurée, à la température ambiante (axe de droite). Cette droite croise une diagonale pré-établie.

2) On trace ensuite la droite partant du centre de la cible et passant par le point d'intersection obtenu.

3) On lit ensuite sur l'arc correspondant au poids de la victime, quand la victime a été tuée (il y a 20h par exemple).
Il faut néanmoins faire attention à l'intervalle de confiance: il peut être de plus ou moins quelques heures suivant l'endroit ou la droite coupe l'arc qui marque cette "fourchette", et peut augmenter s'il y a facteurs correctifs.


Exemple concret : 

On retrouve un corps, habillé modérément de 80 kilos dans une mare. La température de l'eau est de 10°C et la température rectale de la victime est de 20°C. Sur le nomogramme, on lit 20 heures pour l'estimation. Mais le corps a été retrouvé dans de l'eau stagnante, il faut donc appliqué un facteur correctif Cf = 0.9 (corps habillé modérément, dans de l'eau stagnante). On obtient donc:20x0.9=18hA cela on ajoute l'intervalle de confiance de plus ou moins 4.5h (car il y a facteur correctif).La victime a donc été tuée entre 13.5h et 22.5h plus tôt.
=> Mesurée dans des conditions appropriées, la température du corps reste considérée comme l’un des meilleurs estimateurs du délai  post-mortem,  ceci pendant les 24 premières heures

Les limites de la méthode 


La méthode du nomogramme de Henssge présente cependant certaines limites : en effet elle n'est utilisable que pendant la deuxième phase de refroidissement du corps. De plus cette méthode part du principe que la température du milieu ne varie pas et que celle de la victime au moment de la mort était physiologique c'est à dire environ égale a 37°C, ce qui n'est pas forcément le cas (hypothermie ou fièvre par exemple).Il faut également retenir que le nomogramme ne fournit en aucun cas une heure précise de la mort: l'estimation qu'elle donne est une fourchette.

32 votes. Moyenne 2.75 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site